Quoi, 18° un 15 février ? WTH ?! Et puis quoi, de la neige en avril ?

En avril 2016 un épisode neigeux avait déclenché une foule de messages étonnés sur les réseaux sociaux, certains mettant en doute le réchauffement climatique. L’épisode des températures printanières autour de ce 15 février 2019 a lui aussi engendré pas mal de réactions surprises, certains attribuant cela au même réchauffement global.

Qu’en est-il réellement ? Ces deux épisodes sont-ils si extraordinaires que cela ? Extraordinaire, la température de 18.1 degrés mesurée à Uccle l’est puisqu’elle n’avait jamais été enregistrée depuis 1881 pour un 15 février. Néanmoins, avant de répondre à la question du caractère extraordinaire de ces événements météorologiques, il faut préalablement définir ce que l’on entend par extraordinaire. Certes « l’extraordinaire » n’est pas l’ordinaire mais il y a une différence entre ce qui sort simplement de l’ordinaire (comme le fait de briser une habitude exceptionnellement, pour un anniversaire par exemple) et ce qui semblait inimaginable avant que cela n’arrive, au sens du « Cygne noir » de N.N. Taleb (comme par exemple le « Voyage dans la Lune »  avant l’épisode d’Apollo 11). Essayons donc de distinguer dans lequel des deux cas nous nous trouvons pour les deux records météorologiques concernés.

En fouillant une bonne dizaine de minutes sur le Net j’ai trouvé une base de données libre de droit reprenant des mesures météorologiques pour différentes stations mondiales, donc y compris belges : NCDC Climate Data Online. J’ai choisi de télécharger les données concernant la station de Bruxelles National car c’est celle qui me semble le plus proche d’Uccle dans les stations répertoriées et pour laquelle il y avait le plus de mesures disponibles de 1940 à maintenant. Voyons sur base de ces données ce qu’il en est, historiquement, autour du 15 février.

Un premier graphique appelé boxplot ou boîte à moustache va nous permettre de visualiser directement l’ensemble des températures maximales enregistrées pour le mois de février :

Boxplot des températures de février.

Pour rappel, dans une boîte à moustache, 25 % des données sont comprises entre le point A et le point B, de même 25 % des données sont comprises entre le point B et le point C, etc. Bien entendu 50 % des données se situent entre le point B et le point D, et enfin les minimum et maximum devant normalement être respectivement aux points A et E1 . On constate donc qu’en février, 25% des températures maximales sont supérieures à 10 degrés avec un maximum à 18.39 degrés. Ce qui relativise déjà un peu le caractère extraordinaire du record de 18.1 degrés de ce 15 février 2019.

Pour les lecteur.e.s qui seraient allergiques aux boxplots, les même données peuvent être représentées par un histogramme comme ci-dessous :

Sur l’axe des abscisses (les x) j’ai fait figurer par de petits traits les mesures à titre indicatif. Malheureusement dans cette dernière représentation des données certains traits se recouvrent, diminuant ainsi l’impression visuelle de leur multiplicité. Une autre façon de représenter les mesures (en plus de l’histogramme) est alors de les dessiner dans un rectangle en plaçant les mesures selon l’axe des abscisses mais en les distribuant aléatoirement selon l’axe des ordonnées (l’axe des y) comme ci-dessous :

On perçoit mieux dans ce dernier graphique que les températures « printanières » (que j’ai choisies arbitrairement à 14 degrés et plus) ne représentent qu’une faible part des températures enregistrées (3% des cas), mais qu’elles ne sont pas non plus inexistantes. Ce qui, « statistiquement », est égal à la probabilité d’obtenir 2 faces au plus en lançant une pièce 11 fois. C’est donc un événement relativement rare mais pas du tout impossible.

Oui, mais quid du 15 février plus spécifiquement ? En effet on peut toujours arguer que le mois de février contient des « 28 février » (et plus rarement des 29) qui sont plus proches du mois de mars et de son début de printemps que le 15 :

Dans ce cas on constate que 25% des températures sont supérieures à seulement 8.28 degrés. Mais avec un maximum absolu de 17.778 degrés. Ce qui, même en étant plus faible que le record de 2019, relativise à nouveau celui-ci. Notez encore que si une température de 18.1 degrés n’avait encore jamais été enregistrée à Uccle depuis 1881, cela ne signifie pas que l’événement ne s’est jamais produit, simplement qu’il n’a pas été observé depuis que des observations sont enregistrées à cet endroit. C’est un tantinet différent.

Maintenant que nous avons considéré le cas des températures printanières au mois de février revenons à l’épisode de 2016 et sa neige en avril. Dans ce cas-ci j’ai utilisé dans les données une valeur qui signifie quand il y avait eu chute de neige un jour mais sans tenir compte ici des quantités tombées :

Comme dans le cas précédent on constate au vu du graphique que même si c’est un événement rare, à nouveau il n’est pas impossible puisqu’il s’est déjà produit dans 4% des cas (à savoir les « jours d’avril »). Le grand Prince ne s’y était pas trompé puisqu’il a composé un titre qui s’intitule « Sometimes It Snow In April » :

En conclusion, si les températures observées en Belgique autour du 15 février 2019 sont bien extraordinaires, elles le sont au sens d’inhabituelles et non au sens d’inimaginables. Et il faut bien se garder des impressions intuitives que nous avons à partir d’un événement météorologique localisé dans le temps et dans l’espace, il serait en effet complètement imprudent de tirer des conclusions globales et à l’échelle du siècle, sur base uniquement de ce que nous vivons à un instant donné à un endroit précis sans comparer statistiquement ce qui s’est déjà produit précédemment au même endroit aux mêmes moments de l’année.

Sur ce je vous laisse je vais profiter des derniers rayons de ce magnifique soleil de février.

1. Dans le graphiques en illustration, les points situés en F sont ce que l’on appelle des valeurs aberrantes ou outliers en anglais (retour).

Séminaires Quaresmi 2018-2019

Le laboratoire Quaresmi est très heureux d’annoncer qu’il inaugurera le jeudi 28 février 2019 sa première série de séminaires, avec un exposé de M. Sébastien de Valeriola (ICHEC) intitulé « Risque de défaut et réseaux de crédit à Ypres au XIIIe siècle » .

Ces séminaires sont ouverts à tous, mais pour des raisons organisationnelles, merci de vous signaler à l’adresse celine.engelbeen_at_ichec.be.

Les séminaires se dérouleront sur notre site du Manoir d’Anjou : Rue au Bois, 365a, 1150 Bruxelles.

Vous pouvez retrouver ces séminaires dans notre section « Nos activités » .

Affiche des séminaires du laboratoire Quaresmi. Les dates sont aussi disponibles via notre section "nos activités".

Conférence EGC2020

Le laboratoire Quaresmi est particulièrement heureux de vous annoncer qu’il sera l’organisateur de la 20ème  édition de la conférence « Extraction et Gestion de Connaissance ».

La conférence Extraction et Gestion des Connaissances (EGC) est un événement annuel réunissant des chercheurs et praticiens de disciplines relevant de la science des données et des connaissances. Ces disciplines incluent notamment l’apprentissage automatique, l’ingénierie et la représentation de connaissances, le raisonnement sur des données et des connaissances, la fouille et l’analyse de données, les systèmes d’information, les bases de données, le web sémantique et les données ouvertes, etc.

La conférence EGC est l’occasion de faire se rencontrer académiques et industriels afin de confronter des travaux théoriques et des applications pratiques sur des données réelles et de communiquer des travaux de qualité, d’échanger et de favoriser la fertilisation croisée des idées, à travers la présentation de travaux de recherche récents, de développements industriels et d’applications originales.

N’hésitez pas à consulter (gratuitement) les actes de l’édition 2019, comprenant les articles des communications orales ainsi que ceux associés aux posters via la revue RNTI. Les actes des ateliers sont disponibles via les pages de ceux-ci (lien). Vous pouvez aussi accéder aux slides des keynotes et enfin les vidéos des différentes sessions seront bientôt disponibles sur Canal C2.

Cette 20ème édition se déroulera sur le site de l’ICHEC situé Boulevard Brand Withlock (sis à côté du rond-point Montgomery). L’organisation de cette édition « anniversaire » se fera en étroite collaboration avec l’association EGC.

De plus amples informations bientôt.

Stay tuned, suivez-nous sur Twitter :