Le rachat de la Revue d’Intelligence Artificiellle

Quand on pense publier un article et que l’on se retrouve au milieu d’un imbroglio scientifico-commercial international

Dans le cadre du projet d’identification automatique des sources de l’encyclopédie de Vincent de Beauvais, nous avons soumis un article à la Revue d’Intelligence Artificielle (RIA), dans le numéro spécial « Digital Humanities »… mais entre le moment de la soumission et le moment de la publication de la version peer-reviewée, la RIA a été rachetée par un éditeur peu scrupuleux (qui a notamment publié des articles dans la « nouvelle version » de la revue sans aucun processus de révision) et le comité de rédaction a démissionné !

Le président de l’ex-comité a écrit un communiqué de presse donnant les détails de la situation. On y trouve relaté le fait que juste après le rachat 

 « le nouvel éditeur a modifié sans prévenir un numéro de la revue déjà publiée : trois articles en anglais écrits par des auteurs chinois ont été ajoutés et “à l’insu du rédacteur en chef et des 36 membres du comité de rédaction”.« 

Si cela paraît déjà « très cavalier », ce n’est pas tout. En effet, Yves Demazeau, l’ex-rédacteur en chef de la Revue explique notamment que juste avant sa démission, des chercheurs lui ont proposé de l’argent pour une publication accélérée :

« Entre temps, […] le Rédacteur en Chef a reçu la proposition d’articles écrits en anglais par des auteurs chinois lui proposant à chaque fois 800 $ (!) en échange d’une publication accélérée de leur soumission, ce que le Rédacteur a évidemment décliné. »

L’analyse que donne France Culture de l’événement vaut aussi la peine d’être lue et est assez édifiante. On lit, entre autres que, selon Jean-Gabriel Ganascia, professeur au laboratoire d’informatique de l’Université Pierre et Marie Curie 

« Il faut savoir qu’en Chine, les chercheurs reçoivent des primes en fonction des articles qu’ils publient et plus la revue est cotée, plus la prime est élevée »

On peut vraisemblablement voir tout cela comme un énième avatar de l’effet pervers de la course à « l’excellence » mesurée avec force indices numériques, à commencer par le nombre de publications

En ce qui concerne la RIA il serait triste de constater un jour que ce qui a été un des fleurons de l’édition scientifique française dans un domaine pointu et on ne peut plus actuel se retrouve dans la liste des journaux prédateurs. Heureusement, la plupart des ex-membres de celui-ci cherchent maintenant à mettre en place une nouvelle revue, dans la continuité de l' »ancienne version » de la RIA.

Sébastien de Valeriola, Étienne Cuvelier et Céline Engelbeen


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.